La danse

Culture,Non classifié(e)

La région sud-est du Brésil possède une culture diversifiée, influencée par les traditions indigènes, africaines et européennes. Cette diversité se reflète dans ses danses et ses rythmes les plus populaires. Les plus célèbres sont :

Samba

Le samba est la danse brésilienne la plus connue, une tradition musicale issue des esclaves africains du pays. Elle est apparue pour la première fois en Bahia mais a gagné en popularité à travers tout le pays, en particulier à Rio de Janeiro, connue comme la Terre du Samba. Dans cette « Ville Merveilleuse », le samba a captivé l’imagination brésilienne tout en intégrant des influences d’autres styles musicaux tels que le maxixe, la polka, et plus encore. Très populaire de nos jours, c’est la danse officielle du plus grand carnaval du monde, qui se déroule chaque année à Rio. Une variante, le Samba de Roda, originaire de Bahia, a également pris son essor dans le sud-est. Les danseurs s’organisent en cercle tout en chantant et en applaudissant. Les instruments utilisés incluent le berimbau, les congas, les hochets et les tambourins.

Pagode

Très populaire à São Paulo et à Rio, le pagode est une variante du samba apparue dans les années 1980. Il se distingue par sa simplicité, ses thèmes récurrents de lamentation et de romance, et son rythme plus lent que le samba.

Funk

Produit des rues de Rio, le style funk carioca est devenu populaire dans tout le pays au cours des dernières décennies, certains de ses artistes ayant acquis une renommée internationale. Il s’inspire initialement des beats de Miami Bass des années 1980 et est aujourd’hui associé à des danses et des paroles notoirement explicites et sexualisées.

Bossa Nova

Autre dérivation du samba, mais avec une touche de jazz américain, la bossa nova était centrée sur la scène bohème de Rio et a connu son apogée dans les années 50. Certains des plus grands artistes brésiliens étaient des adeptes de la bossa, qui met en avant un jeu de guitare doux et suit le rythme d’un samba lent. Peut-être l’exemple le plus célèbre est le classique de Tom Jobim, « Garota de Ipanema » (« La Fille d’Ipanema »).

Xiba

Autrefois très populaire dans l’État de Rio de Janeiro, ce rythme est moins connu de nos jours. La xiba se danse avec des sabots spéciaux, les danseurs hommes et femmes formant un cercle. Les femmes chantent de courtes phrases et les hommes battent leurs sabots, produisant beaucoup de bruit.

Dança do Tamanduá (Danse du Tamanoir)

Dans cette danse traditionnelle de l’État d’Espírito Santo, les hommes et les femmes forment un cercle avec une personne au centre, et tout le monde suit les mouvements de cette personne. La musique est improvisée et commence par un chanteur.

Caxambu

Cette danse traditionnelle de l’État de Minas Gerais est exécutée par des hommes et des femmes, pas nécessairement en couples. Une personne entre au centre d’un cercle formé par les autres participants, agissant comme le chorégraphe. Les participants entonnent des chants et jouent des tambourins fabriqués à partir de troncs d’arbres.

Mineiro-pau

Une autre danse de l’État de Minas Gerais est réalisée par des hommes. Ils utilisent des bâtons en bois et alternent entre former des cercles et des lignes tout en frappant leurs bâtons au sol. Ces battements portent des noms spécifiques, tels que « à quatre », « en haut » et « en bas ».

Jongo

Héritage africain de São Paulo, il se caractérise par un cercle de danseurs hommes et femmes. Un soliste chante une chanson tandis que les autres applaudissent et se déplacent au rythme des tambourins et des hochets.

The rhythms and dances of the Northeast are so rich in variety that they demand a much larger section to describe them. Here, you can find out more about some of the most popular and famous cultural traits of North-eastern Brazil, many of which have historic roots steeped in symbolism:

Baião
Originating in the North-eastern sertão (a vast, semi-arid region in North-eastern Brazil), the baiao is now known all over Brazil, thanks to the accordion playing Luiz Gonzaga, from Pernambuco, who recorded his first big hit in 1946 and opened the doors for similar artists to gain fame and fortune. With its binary rhythm and striking melodies, played on the accordion, agogo and triangle, the genre still strongly influences today’s musicians. The dance goes in pairs, who take steps called balanceios, heel steps, crouches and spins. The women wear printed cotton dresses adorned with frills, lots of cleavage and colourful sandals. The men wear light denim trousers, austere shirts and rawhide sandals.

Capoeira
Capoeira is a cultural expression used in martial arts, playfulness, and dance rituals. It arrived in Brazil in the 16th century with the Angolan enslaved people, who were mainly brought over to the states of Bahia and Pernambuco. Noteworthy for the participants’ interaction level, who form a circle around performing pairs, with rapid interchanges and brutal acrobatic kicks, flips and spins, capoeira is played to the sound of berimbaus, chants and hand claps. It has become popular all over the country.

Frevo
The main attraction of the Pernambuco carnival, frevo is a collective dance known for its syncopated, aggressive, wild march, which keeps going until the dancers’ boil’ – ‘ferver’, in Portuguese, and the locals have a distinctive way of pronouncing the word, which explains the slightly different spelling. The dance is symbolised by an umbrella, which prevents the dancers from losing their balance. Interestingly, the dance is about individuality; there are no set steps, and everyone dances their way. You rarely see two people dancing the same way, which makes the spectacle even more enjoyable.

Maracatu
The maracatu came to Brazil from Africa, originating at the Congolese coronation ceremonies, to demonstrate strength and power. The rhythm goes to the beat of percussion, starting with a baque virado, a ‘twisted hit’. The dance has a significant historical meaning, symbolising the resistance to slavery. Nowadays, the maracatu is a common sight at the Pernambuco carnival.

Reisado
Portuguese in origin and famous in Piauí, the reisado is so-called because it is celebrated on the eve of the Day of Kings (Dia de Reis). Between 24 December and 6 January, a group of musicians, singers, and dancers go from door to door announcing the Messiah’s arrival, praising those who open their doors. The dance first appeared in Brazil in the state of Sergipe during the Portuguese colonisation, and these days, it can be danced at any time of year, with the themes revolving around love, war, and religion, among others. A reisado performance usually features a particular group of characters, such as a king, a master, a foreman and youngsters, who perform to the sound of accordions, a ganzá rattle, a zabumba bass drum, a triangle and a tambourine.

Cateretê
Also known as the catira, the cateretê is an Indigenous dance heavily used by Padre Anchieta, who translated catholic texts into Tupi, whilst native Americans would dance and sing religious songs. There are no traditional outfits; performers wear their everyday clothes. Different regions have different versions of the dance, but generally, there are two rows, with men on one side and women on the other, who tap their feet to the beat of hand claps and guitar whilst the guitarists sing melodies.

Congada
Popular in many states, the congada comes from Catholicism, mixed with African tales of the king of Angola, Gola Bândi. The presentation tells a story of enslaved people with magic powers, forepersons, ladies-in-waiting and warriors, who escort the king and queen to church, where they are coroneted. During the procession, the dancers perform war-like movements, using the sound of guitars, congas, and reco-reco scrapers.

Coco
A traditional African dance from the state of Alagoas, the coco is now famous all over the Northeast, where it has many names and incarnations. It is usually sung and accompanied by the tapping of feet or the stamping of horses’ hooves. The coordinator intones traditional songs, which the singers repeat.

Xaxado
A popular dance from the sertão, the xaxado received its name thanks to the sound made by the sandals used by the cangaceiros (resistance fighters), who celebrated the victories of the Lampião group, whose leader was known as the King of Cangaço. Originally a male-only dance, with satirical lyrics sung to the fast beating of a rifle on the ground, Luís Gonzaga popularised the genre, playing it on radio, TV and at theatres.

Maculelê
Traditional in Bahia, the maculelê originated with the colonisers and was a way of celebrating a good harvest. It is performed by men who dance and sing to the orders of a leader called the mascot, who commands the choir to the sounds of sticks, congas, tambourines, and guitars.

Forró
Another rhythm which became famous all over Brazil in the 40s, thanks to Luiz Gonzaga, the forró inspires several tales as to the origins of its name: some say it refers to the African term forrobodó, which means party, mess; others say it has to do with the legendary « For All » parties, thrown by the English engineers for the North-eastern railroad workers, who built the Great Western Railway at the beginning of the 1900s. Whatever the origins of its name, what matters is whether or not you can dance. Its ‘two steps here – two steps back’ to the sound of the big zabumba drum, the triangle and the accordion has become so popular that its name is synonymous with the kind of party where anyone can dance whatever rhythm or style they like.

Remarqué pour ses immigrants européens d’Allemagne, d’Italie et du Portugal dans les états du Paraná et de Santa Catarina, qui se sont mélangés avec des immigrants d’autres états, tout en prenant des influences de l’Uruguay et de l’Argentine dans les régions gaucho, le Sud du Brésil possède une multitude de danses traditionnelles, dont les points forts sont :

Vaneirão/Vaneira/Vaneirinha Courante dans le Rio Grande do Sul, elle trouve son origine à La Havane, Cuba. Le nom change selon le rythme – si c’est lent, c’est Vaneirinha ; rapide, Vaneirão et modéré, Vaneira. Les pas sont basés sur un deux-pas, avec quatre mouvements dans chaque direction.

Chimarrita Une danse traditionnelle portugaise, apportée au Rio Grande do Sul au XIXe siècle. Au début, elle ressemblait à une valse. Avec le temps, les couples ont commencé à danser dans d’autres directions, séparément. Parfois, les couples dansent ensemble dans un « deux ici et là » plus connu. Dans certains mouvements, l’homme, connu sous le nom de peão, et la femme, appelée prenda, plient légèrement les genoux.

Milonga Répandue en Argentine et en Uruguay, la milonga est accompagnée d’une guitare et d’autres instruments dans le Rio Grande do Sul. La milonga de cette région ressemble à un Tango mais est plus lente et plus romantique. Il existe trois façons de danser :

  • Havaneirada (sur les mêmes pas qu’une vaneira)
  • Tangueada (un rythme de marche)
  • Rio-grandense (un deux-pas)

Chula Uniquement exécutée par des hommes, une lance est posée au sol et trois interprètes se tiennent autour. Ils frappent des pieds et, après une routine spécifique exécutée au son d’un accordéon traditionnel, le prochain danseur prend son tour, chaque interprète rendant progressivement les choses plus difficiles. Le gagnant est l’interprète jugé avoir exécuté la routine la plus difficile.

Dança do Pezinho D’origine portugaise, elle est populaire dans le Rio Grande do Sul et Santa Catarina. En plus de danser, les interprètes doivent chanter au rythme de la musique accompagnatrice.

Boi de Mamão Également connu sous les noms de bumba-meu-boi, boi-bumbá, boi-de-cara-preta, entre autres. À Santa Catarina, la danse est plus ludique et légère que dans le Nord et le Nord-Est.

Dança do Vilão Fait partie du folklore de Santa Catarina. La danse a des caractéristiques diverses, y compris des repères, des batteurs et des musiciens—semblable à la danse de l’état de Goiás. Les participants marquent le rythme avec leurs bâtons et se déplacent les uns autour des autres. Le mouvement des bâtons fait partie du spectacle.

Ballina Également connue sous le nom d’Arcos Floridos (Arches Florides) ou la Jardineira car les interprètes portent un bouquet de fleurs. Au début de la danse, les couples forment une ligne et passent leurs bouquets au-dessus et en dessous des autres couples. Ensuite, des groupes de quatre couples exécutent un ensemble de pas différents en formant un cercle et en croisant leurs arcs, formant les balainhas.

Pau-de-Fitas Apportée par les colons allemands dans la région, la danse commence avec un mât de 3 mètres dans le sol, attaché à une série de rubans colorés. Il doit y avoir un nombre pair d’interprètes, chacun tenant un ruban qu’ils peuvent porter autour du mât. La danse voit les rubans former des motifs à mesure que les interprètes se déplacent autour du mât. Des instruments tels que de petites guitares, des tambourins, des accordéons et des guitares ordinaires sont utilisés pendant la performance.

Fandango Commun le long de la côte du Paraná, le fandango a des origines ibériques, ayant été apporté par les Portugais. À son arrivée au Brésil, la danse a été influencée par les traditions indigènes locales. Elle est également populaire dans les états de Santa Catarina, Rio Grande do Sul et São Paulo. Des instruments tels que des guitares, des tambourins et des violons sont joués, et les paroles sont improvisées. Les interprètes forment un cercle et dansent une valse au rythme des applaudissements et des frappements de pieds.

Danses allemandes et italiennes Les influences allemandes et italiennes du sud se voient facilement dans les danses exécutées lors des festivals traditionnels organisés dans toute la région, comme l’Oktoberfest à Blumenau, Santa Catarina, et la Fête des Vendanges à Bento Gonçalves, Rio Grande do Sul.

Tags :

brasil, brazilian

Partager :

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.