La gastronomie

Culture

Un choix simple et généralement peu coûteux, qui est également une bonne option pour les végétariens, est le restaurant comida a quilo ou comida por quilo (littéralement « nourriture au poids »). Dans ce type de buffet, la nourriture est payée au poids. Un autre style typique est le restaurant à volonté où les clients paient un prix fixe. Dans les deux types (connus collectivement sous le nom de « self-services »), les clients se servent généralement à partir d’un buffet étendu.

Préparez-vous à vivre une expérience culinaire unique avec le rodízio, un style de service populaire au Brésil. Dans ce style, un prix fixe est payé et les serveurs circulent avec une multitude de plats appétissants. C’est particulièrement courant dans les churrascarias et les pizzerias, offrant un barbecue à volonté et des pizzas aux saveurs variées. Chaque tranche est servie avec soin, assurant que vous savourez chaque bouchée de ce délice culinaire.

Le restaurant traditionnel avec un prix spécifique pour chaque plat est appelé « restaurant à la carte ».

La nourriture est une partie vibrante de la culture et de l’identité du Brésil, avec le churrasco (barbecue) tenant une place centrale. Les churrascarias (steakhouses) sont des lieux incontournables, et la tradition de « faire un petit barbecue » à la maison avec ses proches transcende les conditions météorologiques, en en faisant un favori toute l’année. La viande grillée et la feijoada (ragoût de viande et haricots) sont des éléments essentiels de la cuisine brésilienne, mettant en valeur ses saveurs uniques et son héritage culinaire.

Le lien entre les humains et la viande est une histoire aussi vieille que le temps, remontant à nos ancêtres primitifs où la chasse était une question de survie. L’attrait de la saveur de la viande et la simplicité de sa préparation ont conduit à sa consommation généralisée. Au Brésil, ce lien primitif s’est transformé en une marque culturelle, la viande grillée devenant un symbole de tradition et d’héritage local.

Pour les touristes qui visitent le Brésil, quelle que soit la région ou la ville, une visite dans une steakhouses est un incontournable, une occasion irrésistible de savourer le goût incomparable et authentique du barbecue brésilien.

La façon dont la viande est servie dans ces steakhouses, connues sous le nom de rodízio (qui se traduit approximativement par « rotation »), fonctionne sur le principe du « mangez autant que vous voulez » et est aussi populaire parmi les étrangers que parmi les Brésiliens.

Voici comment ça fonctionne : le restaurant facture un prix fixe par personne (les boissons ne sont pas incluses), et vous pouvez essayer tous les types de viande – poulet, agneau, saucisses, ainsi qu’une large gamme de coupes de bœuf et de porc – en les répétant autant de fois que vous le souhaitez. Cependant, de nos jours, le barbecue brésilien ne se limite pas aux coupes plus traditionnelles. Au Brésil, certaines steakhouses proposent déjà des options inhabituelles sur leurs menus. Ces viandes sont particulièrement appréciées par les convives plus exigeants et aventureux, comme le sanglier, l’alligator, la grenouille, la caille, le lapin et l’autruche.

Dans une churrascaria, l’expérience culinaire est un festin pour les sens. Le système de rodízio est un spectacle, avec des serveurs paradant autour des tables, chacun portant une grande brochette de viande qui grésille. Ils vous présentent une variété d’options, et juste à votre table, ils découpent habilement la viande à l’épaisseur que vous préférez, cuite exactement comme vous l’aimez. C’est une expérience culinaire personnalisée qui répond vraiment à vos goûts.

Pendant que vous mangez, il y a une étiquette unique des « signes de table » – qui sont en papier, bois ou métal, selon la créativité de la steakhouses – indiquant votre appétit via un code couleur simple : le signe vert, qui dit « Oui, s’il vous plaît », signifie que les serveurs sont libres de circuler autour de la table, continuant à offrir toutes sortes de viandes, jusqu’à ce que vous retourniez le signe pour montrer le côté rouge, qui dit « Non, merci », indiquant que vous êtes satisfait pour le moment. En plus de la viande, les steakhouses offrent également un buffet de salades, et certaines vont encore plus loin en ajoutant des plats chauds, des sushis, du poisson, des fromages, des charcuteries et d’autres plats d’accompagnement comme des frites, du pão de queijo (pain au fromage) et des pastéis (pâtisseries frites fourrées).

Non seulement le Brésil est renommé pour le goût et la qualité de son café, mais il se distingue également par la production de certains des cafés les plus uniques et exclusifs au monde, ajoutant une saveur distincte à l’industrie mondiale du café.

Depuis des décennies, il est salué comme le roi des rois. Il existe de nombreuses façons de préparer un café savoureux : avec des filtres, des machines à café électriques et, plus récemment, des machines à expresso domestiques qui utilisent des capsules de café remplies de portions et de saveurs spécifiques. Que ce soit à la maison ou apprécié dans un café, un bar ou un restaurant, le consensus est unanime : le café est excellent, et s’il est brésilien – étant donné sa qualité incontestée – c’est encore plus significatif.

Le café est unique dans de nombreuses cultures, avec une consommation mondiale estimée à environ un demi-billion de tasses par jour. Le Brésil est le plus grand producteur et exportateur de café depuis plus de 100 ans, et la superficie combinée des plantations du pays est d’environ 27 000 km². Selon les chiffres de production rapportés par l’Organisation internationale du café basée à Londres, les principaux producteurs de café après le Brésil sont le Vietnam (oui, après le riz, le café est la star vietnamienne), la Colombie, l’Indonésie, l’Éthiopie, l’Inde, le Honduras, le Mexique, l’Ouganda et le Guatemala.

La récolte brésilienne devrait dépasser les 53 millions de sacs de café en 2016, selon l’Associação Brasileira da Indústria de Café (ABIC – Association brésilienne de l’industrie du café). L’association prévoit que la consommation au Brésil pourrait atteindre 21,3 millions de sacs cette année, ce qui équivaut à environ 173 milliards de tasses ! Cependant, le volume de café moulu exporté diminue en raison d’une loi brésilienne interdisant l’importation de café vert en provenance d’autres pays.

Par ailleurs, en 2015, l’entreprise britannique Costa Coffee a investi environ 40 millions de livres sterling dans la construction d’une nouvelle usine de torréfaction à Basildon (Essex) pour soulager leur autre torréfacteur à Lambeth (sud de Londres), inauguré il y a plus de 30 ans. Avec ces deux usines torréfiant des grains, Costa Coffee produira impressionnantes 56 000 tonnes de café torréfié par an, mais les grains de café ne sont pas seulement utilisés pour préparer des boissons chaudes. La caféine extraite est également utilisée dans les boissons gazeuses, les produits pharmaceutiques et même les cosmétiques. De nouvelles recherches dans le domaine de la santé et du bien-être suggèrent que la consommation quotidienne de café (entre trois et quatre tasses par jour) peut en fait aider à prévenir certaines maladies, telles que le diabète chez les adultes, le cancer (côlon, foie et sein) et la maladie de Parkinson, pour n’en nommer que quelques-unes.

Cafés Exotiques Le café brésilien présente une variété passionnante : le Café Jacu Bird. Ces grains de café sont consommés et excrétés par le Jacu, un oiseau natif de la Mata Atlântica. Le Café Jacu Bird est cher, près de 20 fois le prix du café standard.

Au Brésil, le creuset définit non seulement les races mais aussi la nourriture.

La cuisine traditionnelle du Brésil est le fruit de nombreux héritages culturels différents qui se sont mélangés pour créer une cuisine excitante et unique. À l’origine, la cuisine brésilienne était créée par les peuples autochtones, qui ont contribué aux racines principales de la gastronomie du pays.

Lorsque les Portugais ont colonisé le Brésil, leur gastronomie s’est harmonieusement mélangée aux plats traditionnels autochtones. Ensuite, pendant la période de l’esclavage, les Africains ont également introduit leur gastronomie au Brésil, enrichissant davantage la combinaison de la cuisine autochtone et portugaise. Cependant, ces gastronomies ne se sont pas complètement fusionnées ; dans la plupart des cas, elles ont coexisté dans une belle symphonie culinaire.

Par la suite, de nombreux autres immigrants sont arrivés, notamment Libanais, Allemands, Italiens, Japonais, Espagnols, et bien d’autres, ajoutant leurs plats à la gastronomie brésilienne. Ainsi, la gastronomie actuelle du Brésil est le résultat d’une combinaison de cultures et de plats de nombreuses origines différentes.

Tags :

brasil, brazilian

Partager :

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.