GASTRONOMY

Culture

Gastronomie

Une option simple et généralement bon marché, qui convient également aux végétariens, est la comida à quilo ou nourriture au kilo, un buffet où la nourriture est payée au poids. Un autre style courant est le restaurant à prix fixe. Dans les deux cas (connus sous le nom de “self-service”), les clients composent généralement les plats de leur choix à partir d’un grand buffet. Le Rodizio est un style de service courant, dans lequel un prix fixe est payé et les serveurs circulent avec la nourriture. Cette pratique est courante dans les steakhouses et les pizzerias, ce qui donne lieu à des barbecues “all you can eat” et à des pizzas aux saveurs variées, dont une seule tranche est généralement servie à la fois. Le restaurant normal, où il y a un prix spécifique pour chaque plat, s’appelle un restaurant à la carte.
Les Brésiliens considèrent la nourriture comme un élément important de leur culture et de leur identité, et le barbecue en fait partie. Au Brésil, les restaurants de barbecue sont bondés tous les jours, et “rôtir un peu de viande” à la maison pour la famille ou les amis ne dépend pas de la saison : c’est un programme bienvenu 365 jours par an, qu’il pleuve ou qu’il vente. Le churrasco est, avec la feijoada, la nourriture la plus typique du Brésil. L’histoire de l’homme avec la viande remonte au début de l’humanité, à l’époque des cavernes, lorsque la chasse était vitale pour la survie. Le goût de la viande était attrayant et la préparation était simple. Bref, nous avons évolué et au Brésil, le churrasco (barbecue) est devenu une marque de tradition. Quiconque visite le Brésil, dans n’importe quelle région ou ville, inclut toujours dans son voyage organisé un arrêt obligatoire dans une churrascaria rodízio, pour connaître et expérimenter la saveur incomparable et légitime du churrasco brésilien. Vert : Je veux plus. Rouge : Je suis satisfait ! La façon de servir le churrasco (barbecue) que l’on voit aujourd’hui dans les churrascarias, le rodízio, avec le système “mangez autant que vous voulez, payez un prix fixe”, a beaucoup de succès auprès des Brésiliens et des étrangers. Le principe est le suivant : le restaurant facture un montant fixe par personne (les boissons sont payées séparément) et vous pouvez manger autant que vous voulez (autant de fois que vous le voulez) de toutes sortes de viande : poulet, agneau, saucisses, bœuf et porc. Cependant, le churrasco ne se limite pas aux viandes les plus connues. Au Brésil, certaines churrascarias proposent déjà des suggestions inhabituelles sur leur carte, avec des viandes exotiques bien acceptées par un public plus exigeant et avide de nouveauté, comme la viande de sanglier, d’alligator, de grenouille, de caille, de lapin et d’autruche. Dans le système du rodízio, les serveurs arrivent à la table avec de nombreuses brochettes et présentent des morceaux de différents types de viande pour que vous choisissiez celle que vous souhaitez et un morceau est tranché sur place (selon votre préférence, en tranches plus fines ou plus épaisses), dans votre assiette, au point souhaité (saignant, bien cuit ou à point). Pendant que vous mangez, le système des “assiettes de table” – qui peuvent être en papier, en bois, en métal, etc., selon la créativité du steakhouse – indiquera, par des couleurs, votre volonté : assiette verte, qui dit “Oui, s’il vous plaît”, ce qui signifie que les serveurs sont libres de passer à votre table, sans interruption, en proposant toutes sortes de viandes, jusqu’à ce que vous tourniez l’assiette verte et présentiez l’assiette rouge, qui dit “Non, merci”, indiquant que vous êtes satisfait. En plus de tout cela, les steakhouses proposent également un buffet de salades, et certains vont plus loin en ajoutant des plats chauds, des spécialités japonaises comme les sushis, du poisson, du fromage, de la charcuterie, et des accompagnements comme des frites, du pain au fromage, des pâtisseries.  
Le Brésil, outre le fait que la qualité de son café est reconnue dans le monde entier, produit également l’un des cafés les plus exotiques et exclusifs au monde. Pendant des décennies, il a été le plus recommandé de tous. Il existe de nombreuses façons de préparer un café savoureux : avec un filtre en tissu, dans une cafetière électrique et, plus récemment, avec des machines à expresso domestiques, qui utilisent des capsules de café moulu en portions spécifiques. Qu’il soit préparé à la maison ou consommé dans des cafés, des bars ou des boulangeries, le consensus général est le même : le café est excellent. S’il est brésilien, pour sa qualité indiscutable, encore mieux ! Le café fait partie de nombreuses cultures d’une manière unique, avec une consommation estimée à un demi-billion de tasses/an réparties sur toute la planète. Le Brésil est le premier producteur et exportateur mondial depuis plus de 100 ans et ses plantations occupent 27 000 km2 dans le pays. Selon les statistiques de production fournies par l’Organisation Internationale du Café, basée à Londres, les plus grands producteurs après le Brésil sont : Vietnam (oui, après le riz, le café est la star des Vietnamiens !), Colombie, Indonésie, Éthiopie, Inde, Honduras, Mexique, Ouganda et Guatemala. La récolte de café du Brésil en 2016 a dépassé les 53 millions de sacs – c’est ce qu’estime l’Association Brésilienne de l’industrie du café (ABIC). L’entité prévoit que la consommation, rien qu’au Brésil, pourrait atteindre 21,3 millions de sacs, ce qui correspond à 173 milliards de tasses ! Toutefois, le volume de café torréfié et moulu exporté a diminué en raison d’une loi brésilienne qui empêche l’importation de café vert en provenance d’autres pays. Mais les grains de café ne sont pas seulement utilisés pour préparer la boisson. La caféine est également présente dans les boissons au cola, les produits pharmaceutiques et même les cosmétiques ! De nouvelles recherches médicales montrent qu’une consommation quotidienne (3 à 4 tasses par jour) contribue à prévenir des maladies telles que le diabète de type adulte, le cancer du côlon, du foie et du sein, et la maladie de Parkinson, entre autres. Cafés exotiques Le café brésilien a une curieuse dérivation : le café de l’oiseau Jacu, dont les grains sont mangés et expulsés par le jacu, un oiseau originaire de la forêt atlantique. Le coût du Jacu Bird Coffee est élevé, presque 20 fois plus que le grain traditionnel, bien qu’il ne soit même pas proche de deux autres cafés exotiques, également produits par des processus de digestion animale, le Kopi Luwak, d’Indonésie, et le Black Ivory, de Thaïlande, dont les prix dépassent tous deux 3 000 R$ le kilo.
Au Brésil, le grand métissage définit non seulement les races, mais aussi la nourriture. La cuisine traditionnelle du Brésil est une combinaison de nombreux héritages culturels différents qui se sont mélangés pour créer une cuisine unique et intéressante. À l’origine, la nourriture du Brésil a été créée par les indigènes, qui ont donné la plupart des principales racines de la gastronomie actuelle du pays. Lorsque les Portugais ont colonisé le Brésil, leur cuisine s’est mélangée aux plats traditionnels autochtones. Puis, à l’époque de l’esclavage, les Africains ont apporté leur gastronomie au Brésil, l’ajoutant à la combinaison de la cuisine indigène et portugaise. Toutefois, ces gastronomies n’ont pas fusionné complètement, elles ont coexisté dans la plupart des cas. D’autres immigrants sont arrivés plus tard : Libanais, Allemands, Italiens, Japonais, Espagnols et bien d’autres, chacun apportant sa propre cuisine. Ainsi, la gastronomie brésilienne actuelle est le résultat d’une combinaison de cultures et de plats d’origines diverses.

Home / Culture / Gastronomie